Catégories
Sectorisation

Les différentes typologies de points de vente en GMS en France

Qu’est-ce que la GMS ?

Les habitudes de consommation des français ont beaucoup évolué ces dernières décennies. La France est le pays européen qui compte la plus forte concentration de grandes surfaces au mètre carré. Le pays compte plus de 11 000 grandes surfaces alimentaires et plus de 25 000 points de vente ce qui représente près de 20 millions de mètres carrés de magasins.

Il n’existe pas de définition officielle de la grande distribution mais elle regroupe généralement des magasins de type Supermarchés et Hypermarchés.

Les différents types de point de vente en GMS

Les Supermarchés

Un supermarché est un magasin dont la surface de vente est comprise entre 400 et 2500 m2. Il y en a plus de 7000 en France et les enseignes les plus connues sont Carrefour Market, Intermarché ou encore Super U.

Si ces bornes sont identiques dans de nombreux pays comme  la Belgique,  le Danemark,  l’Espagne, l’Italie ou  le Luxembourg, en Allemagne on considère qu’un supermarché s’arrête à  1500m2.

Les Hypermarchés

Un hypermarché est un magasin dont la surface de vente est supérieure à 2500m2. Il y en a plus de 2500 en France et les enseignes les plus connues sont Leclerc, Auchan, Carrefour, ou Hyper U.

Les Magasins de proximité

Plus petits que ces précédents points de vente, il est important de mentionner les magasins de proximité. En ville notamment, ce sont des lieux privilégiés pour les courses en raison de leur grand nombre. Il s’agit des magasins ayant une surface de vente inférieure à 400m2. On y trouve un grand nombre d’enseignes comme Coccimarket, 8 à Huit, Vival, Carrefour City, Franprix, Intermarché express, Monop’, U express et bien d’autres. De nombreux changements d’enseigne ont eu lieu ces dernières années.

Le hard discount

Un concept de Supermarché basé sur des prix très bas et une mise en rayon simplifiée a émergé en Allemagne après la guerre. Le modèle s’est déployé partout en Europe jusqu’à son âge d’or dans les années 90. Mais depuis le début des années 2010 le modèle est en perte de vitesse. Les enseignes de la grande distribution ont proposé de plus en plus de prix bas et le hard discount a proposé de plus en plus de grandes marques. La frontière est désormais très floue à l’image de Lidl qui depuis 2012 devient progressivement une enseigne de grande distribution classique. Le phénomène est tel que les panélistes ne parlent même plus de hard discount mais préfèrent les termes de Supermarchés (ou Enseigne) à Dominante Marque Propre soit EDMP ou SDMP.

Evolution du poids de l’alimentaire

Un autre élément important permettant de caractériser les Grandes et Moyennes Surfaces (GMS) est le poids des ventes de produits alimentaires. C’est la raison pour laquelle les Grandes Surfaces de Bricolage (GSB) n’appartiennent pas à cette catégorie par exemple.

Ce poids de la part de produits alimentaires est d’autant plus important qu’il ne fait qu’augmenter depuis plusieurs années. C’est une vraie tendance de fond. En effet, si en 2010 les grandes surfaces pouvaient encore faire 30% de leur CA avec du non alimentaire, ce taux a chuté d’1/3 pour atteindre tout juste 20% en 2018 et la tendance se poursuit.

La raison est double : C’est d’abord l’essor des points de vente spécialisés, comme dans le domaine des produits culturels ou des produits de sport qui en est responsable. Ensuite c’est bien évidemment l’explosion du e-commerce qui démultiplie les opportunités pour les consommateurs de mieux comparer et d’avoir accès à un bien plus grand choix de produits non alimentaires que ce que  peut proposer un point de vente physique. Le e-commerce ne fait pourtant que commencer à bousculer le monde de la grande distribution.

La plateforme de données My.Merval contient des données traitées et analysées de plus de 43 000 points de vente en France, qui aident les industriels à faciliter leur sectorisation en GMS.